#1JEUNE1SOLUTION

Découvrez les mesures du plan #1jeune1solution qui vise à offrir une voie à chaque jeune arrivant sur le marché du travail.

Détails des mesures

Faciliter l'entrée dans la vie professionnelle

Accélérer l'embauche des jeunes

L'État aide les entreprises à hauteur de 4 000 euros la première année, pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021. L'entreprise peut ainsi voir le montant de ses charges compensé.

L'État espère la signature de 450 000 contrats en 2020 suite au coup de pouce à l'embauche.

Une prime favorisant l'apprentissage...

Aide exceptionnelle de 5 000 euros est accordée pour recruter un apprenti de moins de 18 ans, et de 8 000 euros pour un apprenti majeur.

  • Aide exceptionnelle par contrat préparant à un diplôme ou un titre de niveau master ou inférieur, signé entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. Sans condition pour les entreprises de moins de 250 salariés, et sous condition pour celles qui emploient plus de 250 salariés.

... et les contrats de professionnalisation

Aide exceptionnelle de 5 000 euros pour un alternant de moins de 18 ans, et de 8 000 euros pour un alternant de plus de 18 ans.

  • Aide exceptionnelle par contrat préparant à un diplôme ou un titre de niveau licence professionnelle ou inférieur, signé entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. Sans condition pour les entreprises de moins de 250 salariés, et sous condition pour celles de 250 salariés ou plus.

230 000 contrats d'apprentissage et 100 000 contrats de professionnalisation bénéficiant de la prime sont attendus.

Missions d'utilité sociale pour les jeunes

  • Le service civique

L'État prévoit de renforcer les missions de service civique. Aussi, 100 000 missions supplémentaires seront mises en place, en plus des 140 000 prévues pour 2020.

Qu'est-ce que le service civique ?

C'est un engagement dans des missions d'intérêt général pour des jeunes de 16 à 25 ans, pendant 6 à 12 mois. Outre le fait de servir une cause utile, cette mission confère une expérience qui a de la valeur sur le marché du travail.

  • L'emploi associatif

Création de 2 000 emplois FONJEP (Fonds de coopération de la Jeunesse et de l'Éducation Populaire : vise à renforcer le développement des projets associatifs de jeunesse et d’éducation populaire)

  • Recruter des jeunes dans les TPE et PME du domaine de la transition écologique / savoirs du numérique

Une prime de 4 000 euros est versée à l'entreprise qui accueille un jeune en VTE "vert" (Volontariat Territorial en Entreprise) "vert". Le VTE, porté par BpiFrance permet :

  • que les PME et ETI des territoires français de gagner en visibilité pour recruter des jeunes talents qualifiés ;
  • aux étudiants (> Bac+2) et aux jeunes diplômés depuis moins de 2 ans de prendre des responsabilités dans ces entreprises.

Au regard de la crise, les entrepreneurs pourront compter sur l'œil nouveau de ces jeunes talents pour développer de nouveaux projets. En savoir plus sur www.vte-france.fr

  • Orienter les jeunes vers des emplois dans le monde du sport

L'emploi sportif se trouve soutenu par le ministère de l'Éducation de la Jeunesse et des Sports à hauteur de 5 000 emplois dans le monde associatif, essentiellement d'éducateurs sportifs.

L'aide de l'ANS (Agence Nationale du Sport) représente jusqu'à 40% du coût moyen du salaire. Le Gouvernement prévoit d'investir pour 2020 et 2021 afin de renforcer l'accès des jeunes issus des formations de l'enseignement supérieur comme des formations professionnelles.

On attend plus de 13 000 emplois supplémentaires fin 2021.

Orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs d'avenir

Nouvelles formations qualifiantes vers les métiers d'avenir

100 000 formations seront proposées aux jeunes sans qualification ou en échec dans l'enseignement supérieur. Les filières stratégiques et d'avenir seront au centre des formations :

  • Transition écologique
  • Métiers du numérique
  • Soin et santé
  • Tourisme, industrie, agriculture et agro-alimentaire (secteurs fortement impactés par la crise)

En savoir plus : https://bit.ly/2QYuYcS

Chaque jeune de moins de 25 ans sans qualification pourra, dès la fin d'année 2020 accéder via "Mon compte formation" à une offre de formation qualifiante ou préparant à la qualification adaptée à ses besoins, intégralement financée par le service public.

Formations qualifiantes dans le secteur du soin et de la santé / numérique

  • 2021 : plus de 6 000 infirmiers et 10 000 aides-soignants formés

Formations dans le secteur du numérique

  • Le "Pass numérique vers l'emploi" permettra aux jeunes de se tester et d'acquérir les compétences numériques attendues sur le marché du travail.
  • La Grande École du Numérique (GEN), réseau de formations propose des formations labellisées aux personnes éloignées de l'emploi.

Parcours personnalisés pour les décrocheurs entre 16 et 18 ans

Redonner la capacité à 35 000 jeunes de se projeter, leur faisant découvrir des métiers pour construire un projet professionnel d'ici fin 2021.

Places de formation supplémentaires pour les lycéens et les étudiants

Accompagner les jeunes bacheliers exposés à la crise de l'emploi, augmenter les places dans les formations universitaires via Parcoursup dans les filières les plus demandées et le paramédical.

Mise en place de campus connectés pour la poursuite d'études des jeunes éloignés des métropoles.

Places supplémentaires dans les lycées en BTS et CAP

5 700 places supplémentaires en BTS, 3 600 places supplémentaires en année de spécialisation et 2 400 places supplémentaires pour les diplômés de niveau IV ou plus, souhaitant se diriger vers un secteur professionnel via un CAP en 1 an.

Un CAP de 3 ans pour les élèves en difficulté en fin de première année

Possibilité d'étaler la deuxième année de CAP sur deux ans si l'élève se trouve en difficulté en première année.

Créer des parcours d'insertion pour les jeunes éloignés de l'emploi

Renforcer les dispositifs d'inclusion durable dans l'emploi

  • Parcours Emploi Compétences (PEC)

Mise en situation professionnelle dans le secteur associatif ou public, accompagnement et accès facilité à la formation. Emploi de type CDD ou CDI, d'une durée de 20h hebdomadaire et rémunéré au SMIC a minima, le jeune est accompagné tout au long du parcours par l'employeur et le service public de l'emploi.

  • Contrat Initiative Emploi (CIE)

CDD d'au moins 6 mois ou CDI permettant la réinsertion professionnelle tout en étant suivi(e) par un référent chargé de son insertion professionnelle.

  • Insertion par l'Activité Économique (IAE)

Plusieurs types de structures signent des conventions avec l'État pour accueillir et accompagner les travailleurs afin de faciliter leur insertion professionnelle.

Plus d'infos : www.travail-emploi.gouv.fr/emploi

Augmentation des dispositifs d'accompagnement vers l'emploi

  • La Garantie Jeunes

Les jeunes en difficulté peuvent combiner une expérience professionnelle, des conseils, des ateliers collectifs et une allocation pendant 1 an.

  • Le Parcours d'Accompagnement Contractualisé vers l'Emploi et l'Autonomie (PACEA)

Il cible tous les jeunes de 16 à 25 ans révolus qui sont prêts à s'engager dans un parcours contractualisé d'accompagnement.

Formation, mise en situation professionnelle, accompagnement social... d'une durée maximale de 2 ans, il est composé de différentes phases successives déterminées par le conseiller de mission locale avec le jeune.

En savoir plus : https://bit.ly/2ZfLSrV

  • Accompagnement Intensif Jeunes (AIJ) mis en place par Pôle Emploi

Entretiens réguliers et contacts fréquents avec un conseiller Pôle Emploi.

  • Dispositif SESAME, accompagnement vers les métiers du sport et de l'animation

Permettre à des jeunes de moins de 25 ans éloignés de l'emploi de décrocher un métier dans le champ du sport ou de l'animation.

#1jeune1solution en résumé

Soutenir l'emploi des jeunes

#1jeune1solution est un ensemble de mesures pour accompagner les jeunes qui doivent faire face aux conséquences du COVID-19. Ces mesures visent à favoriser l'embauche des jeunes de moins de 26 ans. Pour que l'aide s'applique les embauches doivent être signées entre le 1er août et le 31 janvier 2021.

Toutes les entreprises et associations peuvent demander cette aide.

Plusieurs conditions s'appliquent :

  • Une embauche entre le 1er août 2020 et le 31 janvier 2021
  • Un jeune de moins de 26 ans en CDI, en CDI intérimaire ou en CDD de 3 mois minimum
  • Une rémunération jusqu’à deux fois le montant horaire du SMIC
  • L’aide vise les embauches nouvelles : le renouvellement d’un contrat débuté avant le 1er août 2020 n’ouvre pas droit à l’aide
  • Si l’employeur rompt le contrat avant une période de 3 mois, il ne reçoit pas l’aide
  • Aucun licenciement économique sur le poste concerné depuis le 1er janvier 2020

Jusqu'à 4 000 euros d'aide par salarié peut être accordée. Son versement s'étale sur un an, par tranches trimestrielles et est proratisé en fonction du temps de travail et de la durée du contrat.

Les demandes d'aide sont à adresser à l'Agence de services et de paiement (ASP) via une plateforme de téléservice ouverte à compter du 1er octobre 2020. L'employeur dispose de 4 mois à compter de la date d'embauche du salarié pour faire sa demande. L'employeur devra fournir une attestation de présence du salarié chaque trimestre.

Consulter le site du Gouvernement