Après l'assassinat terroriste de Samuel Paty, le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé qu'un texte de Jean Jaurès sera lu le 2 novembre, jour de rentrée des élèves et des professeurs dans les établissements scolaires.

Publiée dans La Dépêche, le 15 janvier 1888, cette lettre est adressée aux instituteurs et institutrices et les exhorte à être à la hauteur de la tâche qui est la leur, en apprenant aux enfants à lire, ce qui leur permettra d'accéder à la culture.

Version en français et version en provençal

Reviraduro (tros) de "Lettre de J.Jaurès" dóu 15 de janvié de 1888. Reinié Didier de La Carounenco

Letro i mèstre d'escolo

Tenès dintre vòsti man l'inteligènci e l'èime di pichot ; sias respounsable de la patrìo. Li pichot que vous soun fisa auran pas soulamen à escriéure e à destria uno letro, à legi un simbèu au caire d'uno carriero, à faire uno adicioun e uno multiplicacioun. Soun Francés e devon counèisse la Franço, sa geougrafìo e soun istòri : soun cors e soun èime. Saran ciéutadan e devon saupre ço qu'es uno demoucracìo liéuro, qùnti dre ié baio, qùnti devé ié impauso la soubeiraneta de la nacioun.

Hòu ! Que. Tout acò à de pichot ! O, tout acò, se voulès pas farga just-e-just d'eisino à ajusta. Sabe qùnti soun lis empache d'aquéu pres-fa. Gardès vòstis escoulan pau d'annado e soun poun sèmpre atengu, subre-tout à la campagno. Óublidon l'est!éu lou pau qu'an apres l'ivèr. Fan souvènti-fes, à la sourtido de l'escolo, de recalivado prefoundo d'ignourènci e de pereso s'esperit, e planeiriéu aquéli d'entre vautre qu'an pèr l'educacioun dóu pople uno ambicioun di grando, s'aquelo grando ambicioun supausavo pas un grand enavans.

Fau d'en proumié qu'aprenguessias i pichot à legi emé un gàubi toutau, de tau biais que pousquèsson pu l'óublida de la vido e que, dins qunte libre que siegue, soun iue s'aplanto pas à degun entravadis. Saupre legi de-bon sènso chancello, coume legissèn vous e iéu, es la clau de tout.

Sachènt bèn legi, l'escoulan, qu'es forço furnaire, aurié bèn lèu, emé sèt o vue libre chausi, uno idèio, tras que generalo es verai, mai tras que n-auto de l'istòri de l'espèci umano, de l'estructuro dóu mounde, de l'istòri siéuno de la terro dins lou mounde, dóu role siéu de la Franço dins l'umanit...

Li pichot an uno curousieta qu'es pas de crèire, e poudès plan-planet li mena au bout dóu mounde. Vesès coume soun tras qu'avantaja pèr destria lou bèn dóu mau, toucant ansin i dous pole dóu mounde ; soun amo recato de tresor à flour de terro : sufis de rascla un pau pèr li dessousterra. Fau adounc pas cregne de ié parla emé serious, simplecita e grandour.